• Pluton

     Pluton

     

        Pluton Dernière venue des planètes de notre système solaire, puisqu'elle n'a été découverte qu'en 1930 par Percy Lowell, Pluton est encore la moins connue, et la question de son domicile soulève encore des controverses, bien que la majorité des astrologues le fixe au Scorpion. 

        Si l'on s'en réfère à la mythologie grecque, Pluton était fils de Saturne, frère de Jupiter et de Neptune. Son domaine était celui des Enfers, le monde souterrain, qui réunissait à la fois les maudits - dans le Tartare - et les justes, dans les Champs Elysées. Pluton n'était donc pas le diable, mais le justicier suprême, celui qui peut punir mais aussi récompenser. Il régentait donc à la fois le Purgatoire, l'Enfer et le Paradis. Il avait aussi un rôle fécondant, sous le nom de Frugifer et faisait germer le blé qui meurt en terre pour renaître en moissons. Ce côté d'abondance lui a valu de représenter les richesses, d'où le nom de " ploutocratie " encore employé pour désigner un capitalisme envahissant.

        Pluton gouverne donc un processus qui est d'abord une destruction : la semence enfouie en terre, qui pourrit, se transforme et devient une nouvelle plante. Pluton ne crée pas, mais transforme après une période de mort apparente. Il exprime ainsi une indiscutable analogie avec les significations du Scorpion et de la Maison VIII. Une sorte de terreur sacrée peut s'exprimer aurour d'une personnalité marquée par Pluton, que l'on sent détentrice de secrets ou de puissances redoutables.

        Même favorablement situé dans un thème, Pluton exprime la volonté de puissance, et celle-ci souvent se manifeste de façon implacable. Il ne s'adapte pas, n'admet pas de demi-mesures, ne veut pas de partenaires, mais des êtres soumis. Il ne capitule jamais ; il n'y a pour lui qu'une solution, la victoire ou la mort. On avait peur de ce dieu, représenté comme sombre et rébarbatif ; il apporte autour de lui un climat souvent marqué d'hostilité.

        Il y a en Pluton une ambivalence fondamentale : il est le juge que nous rencontrons toujours à un moment de notre existence. Lié à Saturne, ce juge nous déclare coupable. Il peut aussi nous aider dans notre évolution, mais il le fait très durement. Il nous ouvre la clé d'un autre monde, si nous acceptons en quelque façon de mourir comme la graine, mais symboliquement, et de nous recréer. Pluton en effet ne crée pas ; il recrée. Dans cette transformation, il y a un risque d'anéantissement, de réduction à l'état de déchet, de scorie. On pourrait dire que Pluton est à la fois la part de la vie dans la mort et de la mort dans la vie. 

        Symboliquement, Pluton est un réceptable de forces mystérieuses : la force germinative, la force du noyau atomique, la puissance du sexe, toutes les énergies bouillonnantes et souterraines dont l'emploi maladroit peut déclencher les pires catastrophes, et qui sont à l'envers du monde des apparences. On peut y relier la force Kundalini qui, selon les doctrines hindoues, est capable de transformer l'homme mais aussi de le détruire. C'est aussi le dragon gardien du seuil dans les traditions occultes. Dans la psychologie de Jung, Pluton représente, selon A. Barbault, l'inconscient collectif, les énergies primitives que nous devons domestiquer si nous ne voulons pas qu'elles nous dévorent.

        C'est ce qui tend à se produire en cas de fortes dissonances : le sujet tend alors à vivre dans un climat de crise, de révolution permanente, d'auto-destruction, gouverné malgré lui par les instincts de la mort, la néantisation de la vie intérieure.

         On a dit que Pluton est en rapport avec les masses. En fait, il ne les gouverne pas, mais gouverne leur utilisation, leur " viol ". Le Plutonien est un solitaire imbu de sa puissance et prêt à tout pour l'accroître, cherchant à agir sur les masses et les manoeuvrer. Pluton peut-il néanmoins agir de façon positive ? Certes, il peut aider à la réussite, car il accorde la faculté de diriger les autres. Mais la tentation de la puissance à tout prix, recherchée pour des buts uniquement matériels ou sexuels, risque de rendre esclave de cette force déchainée et d'ouvrir des précipices sous les pas du Plutonien, lequel doit plus que tout autre s'initier à ses propres forces secrètes.